Union pour l’enfance

Protéger l’enfant, faire éclore l’adulte.

Protéger l’enfant

Protéger les enfants confiés par l'aide sociale à l'enfance

Depuis 1887, l’union pour l’enfance a protégé et éduqué 16 000 enfants dans le cadre des lois françaises de protection de l’enfance.

En 2021, 419 enfants ont été bénéficiaires de l’association. En 2022, l’Union pour l’enfance possède 8 services de protection de l’enfance en France :

Nos deux services de familles d’accueil - © Services d’accueil familial (SAF)

Deux services d’accueil familial (SAF) sont pilotés par l’union pour l’enfance en Normandie et en Île-de-France et accueillent des enfants victimes de carences graves ou de maltraitances dans leur famille. Ces enfants nous sont confiés soit sur décision d’un juge pour enfants et par l’intermédiaire de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), soit par l’ASE directement.

En tant qu’organisme habilité par le département, nous protégeons les enfants en déployant notre pédagogie éducative ancrée dans nos valeurs fortes. En pratique, ces enfants placés par l’ASE sont pris en charge par des familles d’accueil que nous recrutons et qui travaillent en étroite collaboration avec une équipe éducative pluridisciplinaire de l’union pour l’enfance.

Notre service d'accompagnement à domicile dans les familles - © PEAD

Le placement éducatif à Domicile (PEAD) est une alternative au placement traditionnel qui s’adresse à des mineurs confiés à l’ASE dans le cadre d’une mesure judiciaire ne nécessitant pas un éloignement du domicile familial. Il s’agit donc d’une mesure de placement avec hébergement au quotidien chez les parents qui consiste à mobiliser les compétences parentales afin de construire un projet garantissant de meilleures conditions de vie pour l’enfant.

La spécificité du PEAD réside dans la possibilité pour la structure responsable de la mise en œuvre de la mesure, d’organiser un repli en cas d’urgence avérée (crise au domicile familial, danger, imprévu). L’accueil d’urgence nous permet ainsi d’héberger l’enfant et d’organiser en cas de besoin une séparation ponctuelle avec sa famille afin d’éviter une crise ou une rupture.

A l’Union pour l’enfance, 10% des jeunes protégés le sont à domicile. La mise en place du PEAD au sein de notre établissement des Deux-Sèvres – UPE 79 – nous conduit à associer davantage les parents à la définition des objectifs et à leur mise en œuvre. En ce sens, le travail mené sur les compétences parentales doit conduire progressivement les parents à assumer pleinement leurs responsabilités vis-à-vis de leur enfant grâce à :

  • L’exercice : Pour restaurer les droits et devoirs des parents en s’appuyant sur la décision judiciaire
  • La pratique : Pour apprendre à prendre en charge l’enfant au quotidien (soins, santé, scolarité, etc.)
  • L’expérience : Pour changer la représentation que les parents ont de la fonction parentale

Nos 4 maisons d’enfants - © 3 Lieux de vie et d’accueil (LVA) © 1 Maison d’enfants à caractère social

L’Union pour l’Enfance gère deux lieux de vie dans l’Orne (Les enfants du compas et les crins verts), un autre dans la Vienne et une MECS dans les Deux-Sèvres (La chacunière) pouvant accueillir chacun jusqu’à 10 enfants en fratrie ou non dans un cadre familial et chaleureux.

Un Lieu de Vie et d’Accueil (LVA), comme décrit dans l’article D316-1 du CASF « vise, par un accompagnement continu et quotidien, à favoriser l’insertion sociale des personnes accueillies ». Nous accueillons des enfants orientés par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans le cadre de placements administratifs ou judiciaires. Les motifs du placement des enfants accueillis au lieu de vie résultent de la défaillance parentale, qu’elle soit éducative ou affective et/ou de la maltraitance physique, psychique ou sexuelle. Il peut s’agir d’une défaillance ponctuelle et nous nous appuyons sur les capacités parentales présentes pour travailler au retour de l’enfant à son domicile ou bien d’une défaillance plus longue et nous prendrons le temps de sécuriser le jeune et sa famille.

Notre mission s’articule autour de l’enfant au quotidien : l’accompagner dans son autonomie psychique, affective, fonctionnelle, sa scolarité, ses soins, ses loisirs, etc. c’est-à-dire dans tous les aspects de sa vie. Chaque fois que cela est possible, nous visons une collaboration optimale avec le(s) parent(s), qui demeure(nt) presque systématiquement représentant légal et dont le positionnement est bien évidemment très impactant sur le bien-être de l’enfant.

Les Maisons d’Enfants À Caractère Social (MECS), appelées aussi Maisons d’Accueil et d’Education (MAE), sont des établissements sociaux ou médico-sociaux spécialisés dans l’accueil temporaire de mineurs, dont les fonctions principales sont l’éducation et la socialisation d’enfants et d’adolescents en difficulté sociale et familiale. Les MECS sont donc dans une position de suppléance parentale dont la perspective idéale est un retour en famille dans les meilleures conditions possibles.

 Notre MECS est portée par l’UPE79, établissement situé dans le Département des Deux Sèvres, et propose 10 places d’accueil permanent et 2 places d’appoint. Elle s’adresse à des enfants seuls ou en fratries, orientés par l’ASE dans le cadre de placements administratifs ou judiciaires.

Notre MECS fonctionne en foyer ouvert, c’est-à-dire que les enfants et jeunes sont scolarisés en milieu ordinaire ou spécialisé, ou encore en insertion professionnelle.

 La MECS propose 2 types de prise en charge :

  • Un accueil dit « classique » : il s’agit d’un accueil permanent sur la maison d’accueil, avec ou non quelques droits de visite et d’hébergement pour les parents.
  • Un accompagnement au retour dans le cas de situations suivies par notre équipe depuis plus d’un an, et dans lesquelles une augmentation sensible des droits d’hébergement allant jusqu’à un accompagnement dans la vie au domicile familial sont expérimentés.

L’Accompagnement Personnalisé en Milieu Naturel (APMN)

L’APMN permet de faciliter l’accès à l’autonomie des grands mineurs ou jeunes majeurs au vu de la fin de leur prise en charge administrative par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) intervenant au plus tard à 21 ans.

Ce dispositif prépare les jeunes, accueillis dans une famille d’accueil, une MECS , un LVA, ou tout autre dispositif, à intégrer de manière alternative et progressive une vie autonome dans des appartements extérieurs en colocation ou seuls.

Notre service AMPN dans les Deux-Sèvres permet l’accueil de jeunes à partir de 17 ans et jusqu’à 21 ans. Ces jeunes sont mis en situation d’autonomie progressive par paliers : en appartement partagé au sein de la MECS, puis en studio indépendant toujours dans l’enceinte de la MECS, et enfin, dans des appartements à l’extérieur en partenariat avec les Résidences Habitats Jeunes (foyers jeunes travailleurs).

La situation du jeune y est appréhendée dans sa globalité. Les professionnels mobilisent les compétences des jeunes afin de soutenir les processus d’autonomisation, d’insertion sociale et professionnelle. Ils développent des relations en réseau avec différents partenaires et avec le jeune autour de 5 axes : L’hébergement de la vie quotidienne, la formation et l’insertion professionnelle, les démarches administratives, la santé et les soins, la vie sociale et les relations familiales.

Service pour mineurs et majeurs non accompagnés (MNA)

Un Mineur non accompagné (MNA) ou mineur isolé étranger (MIE) est un enfant de moins de 18 ans, de nationalité étrangère, arrivé en France sans être accompagné d’une personne exerçant l’autorité parentale et sans qu’aucune personne majeure n’en soit responsable légalement sur le territoire français ni ne montre sa volonté de se voir confier durablement l’enfant. Les MNA relèvent alors de la protection de l’enfance (CASF L112-3) et sont donc confiés à l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE). La loi prévoit que la prise en charge soit appliquée sans condition de nationalité, et sans considérer la régularité du séjour du mineur concerné.

 L’enjeux principal est de permettre à chaque jeune d’être rapidement autonome. Toutefois, l’accompagnement doit s’inscrire dans une approche globale, et non uniquement professionnelle. Il convient notamment de porter une attention particulière à leur accompagnement médical et psychologique afin de leur permettre de développer leur résilience suite aux traumatismes vécus.

 Le projet de notre Maison Paul Valéry consiste en ce sens à accueillir, héberger et accompagner vers l’autonomie 50 jeunes Mineurs et Majeurs Non Accompagnés et confiés au département de l’Essonne dans le cadre de la protection de l’enfance. Notre intervention s’organise dans la mise en œuvre d’un accompagnement personnalisé répondant à leurs besoins vitaux détaillés ci-dessous :

  • Assurer un hébergement protecteur et adapté aux besoins du jeune ;
  • Garantir sa santé physique et mentale ;
  • Soutenir le jeune dans son intégration progressive ;
  • Soutenir l’acculturation du jeune ;
  • Soutenir le jeune dans la scolarité et la formation progressive ;
  • Veiller au développement de son autonomie ;
  • L’accompagner vers la majorité.

Visages d’espoir, association adhérente à l’Union pour l’enfance.

Le jeu

ils s’engagent à nos côtés

Nos mécènes